Comment les facteurs ESG stimulent les attentes des investisseurs dans un monde post pandémique

27 janvier 2021 | Cynthia Shaw-Pereira

Un éventail croissant d’investisseurs institutionnels et individuels se mobilisent autour de l’analyse de rentabilisation en tenant compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans les décisions d’investissement. Selon le rapport de tendances de l’investissement responsable canadien 2020, il y a, à l’heure actuelle, 3,2 billions de dollars en actifs gérés de placements responsables au Canada avec une croissance de 48 % sur une période de deux ans. Cela représente 61,8 % de l’industrie canadienne des placements. Les investisseurs canadiens sont de plus en plus exigeants quant à la façon d’utiliser leur capital et cherchent à produire des rendements tout en tenant compte des facteurs ESG comme éléments clés.

En cette période d’incertitude mondiale, les investisseurs institutionnels continuent de rechercher les investissements qui protègent leur capital des risques, tout en générant des rendements élevés. Même avant que la crise mondiale de la pandémie de COVID-19 n’expose l’importance des politiques de santé publique pour les investissements, il était justifié de réfléchir aux décisions d’investissement.

Changer les considérations des investisseurs

Certains investisseurs croient que les marchés sains exigent des économies et des sociétés plus fortes : pour eux, investir consiste à « bien faire » tout en réalisant de bonnes actions. Cela peut être particulièrement pertinent dans les organisations axées sur les valeurs, par exemple les organisations axées sur la foi ou les fondations axées sur une mission qui cherchent à générer des rendements de placement pour soutenir les objectifs à long terme d’une organisation axée sur les valeurs. De même, une gamme croissante de fonds d’investissement responsables gagnent en popularité, particulièrement chez les investisseurs de la génération du millénaire. Les répercussions pour les promoteurs et les investisseurs de régimes de retraite peuvent varier considérablement en fonction de leur auditoire sous-jacent de participants au régime ainsi que des attentes et exigences individuelles de leurs conseils et fiduciaires.

Tout comme l’objectif varie d’une organisation à l’autre, les façons dont les propriétaires d’actifs, les fonds souverains, les sociétés de gestion de placement et les sociétés manifestent des facteurs ESG dans leurs habitudes de placement varient également. Une organisation pourrait mettre davantage l’accent sur le « E » considérant le changement climatique, tandis qu’une autre pourrait s’intéresser davantage au « S », comme les problèmes liés aux soins de santé ou à la justice sociale. D’autres peuvent expressément reporter ces évaluations à leurs gestionnaires d’actifs. La diversité de la pensée reste une caractéristique clé, tant pour ceux qui cherchent à faire une différence que pour ceux qui attendent une plus grande clarté, plus de données ou une plus grande normalisation.

Dans l’ensemble, quelques thèmes cohérents émergent néanmoins. Notamment, les investisseurs institutionnels exigent de la transparence sur les questions ESG et recherchent des options d’investissement supplémentaires qui peuvent conduire à des résultats ESG positifs. Une étude récente menée par BNY Mellon auprès de l’Official Monetary and Financial Institutions Forum (OMFIF) a montré que les trois quarts des banques centrales, des fonds souverains et des fonds de pension publics interrogés tiennent compte des facteurs ESG dans leur processus d’investissement. Certains investisseurs utilisent la stratégie d’investissement d’impact comme moyen de stimuler l’innovation dans les technologies de remplacement susceptibles de réduire l’impact environnemental des solutions plus traditionnelles. De plus, à mesure que les membres de la génération du millénaire accumulent des richesses, les entreprises de services financiers pourraient voir les possibilités de modifier leurs stratégies et de créer des options et des produits d’investissement fondés sur la valeur.

Défis et opportunités d’investissement ESG

Il est de plus en plus nécessaire d’être constant sur le marché complexe d’aujourd’hui et de rendre plus accessibles les meilleures pratiques d’investissement ESG. Parmi ces meilleures pratiques, on compte le besoin de personnalisation selon les préférences des personnes, les normes de soutien au processus d’investissement ESG et la preuve de la représentation des facteurs ESG dans les investissements durables. Tout comme les propriétaires d’actifs font face à la demande croissante des conseils et des fiduciaires, les gestionnaires d’actifs et les émetteurs peuvent également s’attendre à des demandes pour une plus grande transparence en ce qui concerne les investissements ESG dans les portefeuilles des parties prenantes internes et externes.

Selon des recherches à venir de CIBC Mellon sur la façon dont les fonds de pension canadiens se préparent pour un environnement post-Covid-19, 80 pour cent des fonds de pension ont l’intention de se faire entendre davantage au sujet des stratégies de placement au cours des 12 prochains mois. CIBC Mellon a commandé un sondage auprès de 50 gestionnaires de régimes de retraite canadiens de premier plan, dont la moitié comptait entre 600 M$ et 1,2 G$ en actifs gérés, et l’autre moitié comptant plus de 1,2 G$ en actifs gérés. Comme les fonds de pension travaillent et collaborent avec des gestionnaires externes, tout en leur faisant des allocations, beaucoup d’entre eux ont l’intention d’être plus impliqués que par le passé. Cela concerne non seulement le rendement, mais aussi des questions plus générales comme la gouvernance et la prise en compte de facteurs non financiers ou fondés sur les valeurs comme les facteurs ESG. Alors que les investisseurs ont cité des domaines comme la transparence et la réduction des frais comme priorités pour l’année à venir, 44 % des répondants ont indiqué qu’ils prévoient se concentrer davantage sur les gestionnaires de fonds qui tiennent compte des questions ESG.

Alors que les organisations réfléchissent à leurs allocations de placement, à la gestion des placements, à la surveillance du rendement/de la conformité et aux efforts opérationnels au cours des années à venir, les occasions d’aligner leur objectif sur ce qu’elles font et comment elles le font continueront probablement à augmenter, tout comme la pression des données qui mettent de plus en corrélation la valeur et les valeurs autour l’intégration des facteurs ESG. Les attitudes en évolution rapide des investisseurs et les explorations des facteurs ESG ont défini leur influence sur le niveau macroéconomique. Elle stimule le changement non seulement dans la façon dont les organisations mènent leurs activités, mais aussi dans la façon dont elles se définissent et pensent à leur propre rôle dans le monde.

Bien que ce changement de paradigme continue d’évoluer et que les intervenants de l’industrie de l’investissement réévaluent leurs approches, ces tendances seront probablement un défi déterminant non seulement pour la génération actuelle, mais pour les générations à venir. Cette importance déterminera ce que les parties prenantes attendent de leurs fournisseurs, qu’il s’agisse de citoyens qui veulent plus de leurs fonds souverains, des retraités qui établissent des attentes plus élevées à l’égard des fonds de pension, ou des titulaires de fonds souverains et de fonds de pension qui s’attendent à plus de leurs gestionnaires de placements.

Clause de non-responsabilité de l’AIR
Les points de vue et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue ou la position de l’Association pour l’investissement responsable (AIR). L’AIR n’approuve, ne recommande ni ne garantit aucune des revendications formulées par les auteurs. Cet article est conçu comme une information générale et non comme un conseil en investissement. Nous vous recommandons de consulter un conseiller qualifié ou un professionnel en investissement avant de prendre une décision de placement ou liée à un investissement.

Auteur

author's photo

Cynthia Shaw-Pereira

Vice-présidente, Solutions pour clients et développement des affaires, Solutions de gestion du risque mondial
BNY Mellon

Cynthia Shaw-Pereira est la vice-présidente, consultante principale chez Solutions de gestion du risque mondial, Services de gestion d’actifs de BNY Mellon, et possède une spécialisation en prestation de solutions pour les clients. Cynthia est responsable du service à la clientèle concernant les produits et services de Solutions de gestion du risque mondial pour les investisseurs institutionnels du Canada. Elle compte à son actif plus de 15 ans d’expérience dans le secteur des services financiers avec BNY Mellon.