Étude de cas : Intégration des critères ESG dans l’analyse des actions de marchés émergents

Lorsqu’il est question d’investir sur les marchés émergents (ME), les facteurs environnementaux, sociaux et liés à la gouvernance (ESG) peuvent contribuer grandement à repérer les occasions de croissance.

Ils jouent aussi un rôle plus conventionnel, qui consiste à atténuer le risque et à améliorer la capacité des sociétés à générer des rendements constants à long terme. Pour illustrer comment ce processus fonctionne dans la pratique, nous avons demandé à l’équipe Actions, Marchés émergents de RBC d’expliquer sa démarche à l’égard de Marico Ltd., une société indienne de biens de consommation de base . Cette équipe de placement de RBC Gestion mondiale d’actifs (RBC GMA) est établie à Londres, au Royaume-Uni, et gère plus de 8 milliards de dollars américains en actions de marchés émergents. Le processus de placement rigoureux de l’équipe tient compte d’une vaste gamme de facteurs et intègre la solide conviction selon laquelle il importe d’analyser l’historique d’une société relativement aux facteurs ESG pour évaluer véritablement son potentiel global dans les portefeuilles de placement.

Combinaison de l’analyse financière et de l’analyse des facteurs ESG

La société indienne Marico est un chef de file du secteur de la consommation de base qui est présente dans 25 pays émergents. Elle a créé plusieurs marques dans les catégories des produits de soins capillaires et cosmétiques, des huiles alimentaires, des aliments naturels et des soins corporels pour homme. Ses produits les plus importants et les plus connus sont l’huile alimentaire Saffola et l’huile capillaire à la noix de coco Parachute.

Quand l’équipe Actions, Marchés émergents de RBC analyse une société telle que Marico, elle commence par examiner les rapports annuels et les états financiers avant de rencontrer la direction de l’entreprise et de procéder à un travail d’évaluation approfondi. Lors de l’évaluation, l’équipe se concentre davantage sur la valorisation déterminée par les flux de trésorerie que sur des mesures à court terme comme les ratios cours/bénéfice ou cours/valeur comptable.

Selon l’équipe, les sociétés qui portent attention aux critères ESG et aux relations avec les parties prenantes ont tendance à produire des rendements plus élevés et plus durables au fil du temps.

La prochaine étape du processus d’évaluation consiste à utiliser la liste de vérification des placements, qui est l’outil de premier plan pour l’intégration des facteurs ESG. La liste de vérification comporte 75 questions divisées en trois sections : la marque, la qualité de la direction et la gouvernance d’entreprise. Environ les deux tiers des questions, qui sont extrêmement détaillées, portent sur les critères ESG et la durabilité. La liste de vérification permet de bien comprendre les motivations de l’équipe de direction d’une société en ce qui a trait à sa culture, aux facteurs ESG et à la durabilité, tout en contribuant à faire en sorte que l’équipe ne néglige aucun risque potentiel. En fonction de cette liste, une note se situant entre 0 et 100 est attribuée à chaque société et la plupart des sociétés détenues présentent une note supérieure à 80.

Étant donné que les questions sont axées sur le long terme, les notes tendent à rester stables au fil du temps. De plus, il existe une forte corrélation entre la note qu’une société obtient d’après la liste de vérification et sa pondération finale dans le portefeuille.

La relation d’une société avec les parties prenantes

La philosophie de Marico, qui est « Be more, every day » (un peu plus, chaque jour), a été adoptée pour transformer de façon durable la vie de toutes les parties prenantes. L’importance accordée aux parties prenantes est un élément essentiel de l’analyse de l’équipe Actions, Marchés émergents de RBC. Par conséquent, de nombreuses questions de la liste de vérification concernent la façon dont une entreprise traite les différentes parties prenantes.

La plus grande particularité de Marico est son lien étroit avec les fournisseurs et les agriculteurs. La politique de Marico qui place les agriculteurs au premier rang des priorités est une initiative clé de responsabilité sociale. Comme les produits agricoles représentent la majeure partie des matières premières utilisées par Marico, la mise en œuvre d’initiatives pour améliorer le bien-être des agriculteurs oriente les efforts de l’entreprise en matière de développement durable. La collaboration de Marico avec les producteurs agricoles permet aux agriculteurs de renforcer leurs systèmes de production et d’accroître les rendements de façon durable. Ces initiatives visent principalement les producteurs indiens de noix de coco et de carthame.

L’huile alimentaire est le principal produit de Marico ; l’huile alimentaire Saffola représente environ 20 % des ventes totales et plus de 60 % du marché en Inde. Les graines de carthame sont l’ingrédient clé et Marico en est le plus grand acheteur en Inde, ayant conclu des contrats avec 32 000 producteurs.

L’amélioration et le respect par une société des normes sectorielles

La liste de vérification permet de déterminer si les processus de la société respectent les meilleures pratiques et encouragent l’amélioration des normes sectorielles. Marico obtient une bonne note dans cette catégorie. Ses représentants collaborent avec les agriculteurs pour améliorer les méthodes de culture et offrent des conseils techniques pendant tout le cycle de production. Des cours périodiques sur l’ensemencement sont donnés par des cultivateurs choisis afin de faire connaître les meilleures pratiques à d’autres fermes locales.

La liste de vérification aide aussi à déterminer le recours à des « raccourcis » dans la production (p. ex., l’utilisation de matériaux de mauvaise qualité, ou une rémunération insuffisante des fournisseurs). Il n’y a pas de preuves à cet effet dans le cas de Marico. La société veille à ce que ses cultivateurs aient accès à des semences de bonne qualité et son contrat type assure aux producteurs un « juste prix » garanti et prédéterminé pour les graines ; elle offre les taux courants lorsque les prix augmentent, et un prix garanti s’ils baissent. Marico a joué un rôle décisif dans l’adoption de nouvelles technologies pour la production de carthame et a, par conséquent, augmenté la productivité.

Grâce à ces initiatives, les cultivateurs ont grandement amélioré le taux de remplacement des semences, ce qui s’est traduit par une hausse de 2 points de pourcentage de la teneur en huile, qui est passée de 29,5 % en 2011-2012 à 30,15 % en 2015-2016 . Toute hausse du pourcentage de la teneur en huile entraîne une hausse importante des revenus des producteurs.

Marico tire plus de 30 % de ses revenus de son huile de noix de coco Parachute, la marque dominante en Inde, où elle détient plus de 50 % des parts de marché . Marico a établi des liens solides avec les producteurs de noix de coco en leur montrant comment accroître leur productivité, et obtenir des cultures durables et des rendements élevés. La liste de vérification permet de déterminer si une société possède ou non une culture novatrice ; Marico obtient une bonne note à ce chapitre grâce à ses innovations dans la chaîne d’approvisionnement. Au cours des dix dernières années, des centres de collecte ont été créés dans un rayon de 20 à 30 kilomètres des fermes afin que les petits producteurs puissent approvisionner Marico directement. Ainsi, les délais de transport sont réduits et les cultivateurs ont un acheteur garanti pour leurs produits.

En outre, Marico donne des conseils sur la façon de produire des noix de coco de la qualité voulue, qui vaudront aux cultivateurs le prix maximal, et sur la façon d’automatiser le long et dangereux processus de récolte et de séchage des noix de coco et d’extraction de l’huile. Les producteurs qui ont rapidement adopté les meilleures pratiques de Marico ont bénéficié d’une hausse de productivité allant jusqu’à 20 %. À ce jour, le programme a aidé environ 7 700 cultivateurs de noix de coco.

L’exemple de Marico, et plus particulièrement sa politique qui place les agriculteurs au premier rang des priorités, illustre bien l’importance d’une gestion efficace des facteurs ESG pour la réduction du risque et l’établissement des bases d’une croissance à long terme soutenue des actions de marchés émergents.

Clause de non-responsabilité
Les rendements antérieurs ne sont pas garants des résultats futurs. Les conditions du marché peuvent changer. Toutes les opinions et les estimations contenues dans le présent document représentent le jugement de RBC GMA à sa date de publication et peuvent changer sans préavis ; elles sont présentées de bonne foi, mais n’engagent aucune responsabilité légale. Les renseignements obtenus de tiers sont jugés fiables ; toutefois, aucune déclaration ou garantie, explicite ou implicite, n’est faite par RBC GMA quant à leur exactitude, leur intégralité ou leur pertinence. RBC GMA n’assume aucune responsabilité en cas d’erreurs ou d’omissions.
Les points de vue et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue ou la position de l’Association pour l’investissement responsable (AIR). L’AIR n’approuve, ne recommande ni ne garantit aucune des revendications formulées par les auteurs. Cet article est conçu comme une information générale et non comme un conseil en investissement. Nous vous recommandons de consulter un conseiller qualifié ou un professionnel en investissement avant de prendre une décision de placement ou liée à un investissement.

Vous voulez de meilleures données ESG ? Dites-le aux entreprises

L’investissement responsable devient pratique courante, toutefois certains défis demeurent pour les investisseurs, notamment celui de la disponibilité d’une information ESG utile à la prise de décision. Les statistiques montrent que trop peu d’entreprises font rapport de leurs pratiques de développement durable, et celles qui le font ne répondent pas aux besoins informationnels des investisseurs.

En même temps, plus les investisseurs approfondissent leurs pratiques d’intégration ESG, plus ils recherchent des renseignements précis et des mesures de performance quantitatives et prospectives que seules les entreprises peuvent fournir. En fait, ils possèdent déjà eux-mêmes la solution à ce défi, dans l’engagement actionnarial sur la divulgation ESG auprès des émetteurs.

2018 pourrait bien s’avérer l’année où l’intégration ESG devient pratique courante dans les marchés des capitaux. Tant de choses se passent en même temps : l’attention portée aux changements climatiques et les recommandations du Groupe de travail sur l’information financière relative aux changements climatiques (TCFD); la publication tant attendue du Rapport relatif au projet concernant l’information fournie sur le changement climatique des Autorités canadiennes en valeurs mobilières (qui, selon nous, ouvre la porte à une meilleure divulgation des enjeux ESG matériels en général); les premiers signes de l’évolution vers des mesures d’impact avec la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (SDG) de l’ONU; la compétitivité accrue en matière d’intégration ESG parmi les gestionnaires d’actif à la suite de la croissance exponentielle des signataires des UN PRI; et plus récemment, la mise sur pied au Canada du Groupe d’experts en financement durable.

Ces initiatives et forces du marché repoussent les limites, sans aucun doute, mais nous ne devrions pas perdre de vue ce qui – selon nous – constitue un principe-clé de l’investissement responsable, soit de demander aux entités dans lesquelles nous investissons une divulgation adéquate des enjeux ESG (principe 3 des PRI), et sans laquelle plusieurs de ces initiatives ne réussiront pas.

En œuvrant à l’intersection des investisseurs et des sociétés cotées en Bourse, nous entendons régulièrement les responsables des relations avec les investisseurs nous dire qu’ils ne reçoivent aucune question ESG. Si le déploiement du système de notation ISS en matière de divulgation environnementale et sociale (Environmental & Social QualityScore) a réussi à éveiller l’attention de plusieurs équipes de direction, les participants des marchés des capitaux sont-ils plus avancés dans leur quête d’une information fiable, comparable, prospective et utile à la prise de décision ? Avons-nous peut-être un peu trop poussé sur les changements climatiques et l’empreinte carbone, au détriment d’une meilleure divulgation de l’ensemble des enjeux ESG qui pourraient être matériels pour une entreprise ?

Chez Millani, chaque année nous épluchons les sites Web et rapports des entreprises de l’Indice composé S&P/TSX pour compiler des statistiques sur leurs pratiques de reddition de compte en développement durable ou ESG. Malgré une légère hausse du nombre d’entreprises faisant rapport d’enjeux ESG à 39 % en 2018 (contre 36 % l’année passée), on pourrait faire beaucoup mieux au Canada. En comparaison, 93 % des plus grandes sociétés au monde font rapport de leurs pratiques de développement durable. Pour que les principaux investisseurs fassent de l’intégration ESG, il y a encore un besoin de plus d’information ESG de la part des entreprises.

D’ailleurs, les investisseurs ont besoin non seulement de plus d’information, mais aussi d’une meilleure information. En effet, il s’est dit beaucoup de choses à propos de la déconnexion informationnelle entre les investisseurs et les entreprises, et de l’insatisfaction persistante des investisseurs à propos de l’information qu’ils reçoivent des entreprises. Nous sommes d’avis que cette déconnexion pourrait même s’empirer.

Nous constatons que plus les investisseurs approfondissent leurs pratiques d’intégration ESG, plus leur attention se focalise; ils recherchent des explications plus précises et plus granulaires sur la manière dont les entreprises gèrent leurs enjeux matériels. Ils recherchent également des données brutes, telles que des indicateurs de performance sur des enjeux matériels spécifiques, plutôt qu’une notation globale ou partielle offerte par des fournisseurs externes. Ces fournisseurs externes contribuent sans aucun doute à fournir des renseignements aux marchés, mais ils font l’objet de critiques et tant leur multitude que leur hétérogénéité pourraient bien contribuer à accroître la déconnexion informationnelle. Si nous souhaitons l’adoption généralisée de l’intégration ESG par les marchés des capitaux, il demeure nécessaire pour les émetteurs de fournir des renseignements précis et des mesures de performance quantitatives et prospectives à propos de leurs enjeux ESG matériels.

En travaillant avec les entreprises, nous sommes à même de constater qu’elles connaissent bien leurs enjeux ESG matériels – même si ce n’est pas comme ça qu’elles les nomment – et qu’elles les gèrent plutôt bien. En revanche, c’est seulement lorsqu’elles le communiquent aux marchés des capitaux qu’elles peuvent réaliser la valeur inhérente à une bonne gestion de ces enjeux et ainsi générer l’alpha que recherchent les investisseurs.

Nous croyons que les investisseurs possèdent déjà la solution à leur besoin d’information ESG, dans la pratique même de l’investissement responsable : l’engagement. En posant des questions aux équipes de direction à propos de leurs enjeux ESG matériels, en leur demandant de publier de l’information sur ces enjeux, et en décrivant clairement le type d’information dont ils ont besoin, les investisseurs peuvent susciter le changement qu’ils désirent voir en matière de divulgation ESG des entreprises.

Il est certes attrayant – voire essentiel – dans le domaine de l’investissement responsable d’adopter des pratiques à la fine pointe qui font progresser le marché et améliorent la compétitivité, mais il nous paraît judicieux de revenir à la base. Tant qu’il y aura un besoin de plus de données appropriées et quantitatives de la part des entreprises, il y aura un besoin de focaliser l’engagement actionnarial sur la divulgation ESG.

Sources:

  • Anglicisme volontaire qui fait référence à la notion de l’importance relative d’une information fournie par une entreprise, et dont l’omission ou l’inexactitude seraient susceptibles d’influencer la décision d’un investisseur d’acheter, de vendre ou de conserver les titres de cette entreprise, tels que définis dans les règlements des autorités en valeurs mobilières.
  • The KPMG Survey of Corporate Responsibility Reporting 2017
  • Disclose What Matters: Bridging the Gap Between Investor Needs and Company Disclosures on Sustainability. Ceres, 2018; The Investing Enlightenment, Eccles and Kastrapeli, 2017; The Corporate Sustainability Disconnect, Institute for Sustainable Investing, Morgan Stanley, octobre 2017; 2016 Canadian Investor Survey, RR Donnelley and Simple Logic, 2016; Investors, corporates, and ESG: bridging the gap, PwC’s ESG Pulse, octobre 2016
Clause de non-responsabilité
Les points de vue et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue ou la position de l’Association pour l’investissement responsable (AIR). L’AIR n’approuve, ne recommande ni ne garantit aucune des revendications formulées par les auteurs. Cet article est conçu comme une information générale et non comme un conseil en investissement. Nous vous recommandons de consulter un conseiller qualifié ou un professionnel en investissement avant de prendre une décision de placement ou liée à un investissement.

IR 101: L’investissement axé sur les retombées

L’investissement responsable (IR) est l’intégration des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans les décisions d’investissement. Ce type d’investissement a grandement évolué au cours des dernières années, et l’on pourrait aller jusqu’à dire qu’il est sur le point de devenir monnaie courante. Ainsi, c’est près de 50 % des avoirs des grands investisseurs institutionnels dans le monde qui se sont engagés dans l’investissement responsable.

L’investissement responsable au cœur des stratégies de placement

Si l’IR semble avoir souffert au départ d’une certaine incompréhension de la part du public quant à ses retombées, tant sur le plan des critères ESG que du rendement proposé, il est évident que les investisseurs et les conseillers sont de plus en plus disposés à l’adopter. Plusieurs facteurs ont permis ces avancées, et parmi eux, on retrouve l’information sur les sujets ESG maintenant publiée par les émetteurs de titres. Ainsi, il est possible et de plus en plus courant de voir des stratégies de placement qui mettent, au cœur de leur design, un ou plusieurs critères ESG.

Dans le domaine de l’investissement responsable, la majorité des acteurs utilisent aujourd’hui des stratégies de mise en œuvre de l’IR pour réduire les impacts négatifs ESG découlant des activités des organisations dont les titres se retrouvent en portefeuille, ou encore pour choisir les bons joueurs, soit les titres qui sont positionnés avantageusement par rapport aux enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Les objectifs de développement durable comme cadre de référence

C’est le 1er janvier 2016 que sont entrés en vigueur les 17 Objectifs de développement durable (ODD) du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Parmi eux, on compte notamment la promotion de l’égalité des sexes, de la santé et du bien-être et l’accès à une éducation de qualité pour tous. Ces objectifs furent adoptés par les dirigeants du monde en septembre 2015 lors d’un Sommet historique des Nations Unies. De ces 17 objectifs découlent des cibles, au nombre de 169, ainsi que 232 indicateurs, qui ont été révisés en mars 2017[1].

Il semble que les ODD deviennent un cadre de référence de plus en plus étudié. Il y a entre autres le regroupement des signataires des Principles for Responsible Investing (PRI) qui s’y attarde. En effet, dans un rapport intitulé « What do the UN sustainable development goals mean for investors?[2] », les PRI invitent les investisseurs à en apprendre davantage sur les ODD, à s’engager à intégrer les ODD dans leurs considérations de placement pour lancer un signal au marché et ainsi influencer les entreprises à en tenir compte et à se mettre en action.

Par exemple, le Fonds Desjardins SociéTerre Actions positives investi de façon à avoir un impact mondial en accord avec 13 des 17 ODD. Le Fond y parvient en investissant dans une société qui offre des tests qui peuvent servir au diagnostic de maladies infectieuses et non contagieuses, contribuant ainsi au 3e objectif, Bonne santé et bien-être, et dans un fournisseur de microfinance qui opère dans des pays émergents pour faciliter l’inclusion financière et réduire la pauvreté, contribuant au 1er objectif, Pas de pauvreté.

Dans l’industrie du placement, on fait la distinction entre les retombées qui peuvent être mesurables au sein des sociétés ouvertes, dont les actions sont cotées en bourses, et en dehors des marchés publics. Mais dans l’avenir, il faudra s’attendre à ce que l’écart entre les deux terrains se réduise, et à ce que l’on puisse parler de manière uniforme d’un impact, peu importe où il se produit. 

Un support de taille

Pour aider à l’élaboration de nouveaux produits de placement et de financement, le Programme des Nations Unies pour l’environnement et son module destiné aux institutions financières (UNEP-FI) a lancé en janvier 2017 les Principles for Positive Impact Finance[3]. Cela découle d’une constatation des Nations Unies : pour atteindre les ODD, il faudra entre 5 T$ US et 7 T$ US par année d’investissement, dont une grande partie proviendra du secteur privé. Comme les outils actuels offrent une possibilité limitée d’apport de capitaux, un groupe de banques s’est formé et a décidé d’élaborer un nouveau cadre de référence pour aider à la création de nouveaux produits. C’est du moins la promesse qu’offrent ces nouveaux principes, dont le travail commence à peine.

Comme plusieurs organisations s’investissent activement pour promouvoir l’adoption de l’IR à travers le monde, il n’est pas surprenant que de nombreuses stratégies financières se dessinent pour ainsi créer de nouveaux produits. L’une des fonctions essentielles des marchés financiers consiste à offrir aux investisseurs des informations qui permettent une allocation efficace des capitaux. Or, les travaux qui sont en cours pour faire en sorte que les retombées soient mises de l’avant permettront certainement d’obtenir des informations plus justes, ce qui pourrait enrichir la prise de décision.

Sources:

Clause de non-responsabilité
Les points de vue et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue ou la position de l’Association pour l’investissement responsable (AIR). L’AIR n’approuve, ne recommande ni ne garantit aucune des revendications formulées par les auteurs. Cet article est conçu comme une information générale et non comme un conseil en investissement. Nous vous recommandons de consulter un conseiller qualifié ou un professionnel en investissement avant de prendre une décision de placement ou liée à un investissement.

La faible empreinte carbone : un piètre outil d’amélioration de la durabilité de l’environnement

À l’heure de la prise de conscience sur les changements climatiques, les investisseurs se tournent de plus en plus vers des stratégies de placement pouvant offrir des rendements raisonnables tout en réduisant les émissions de dioxyde de carbone. Cependant, détenir un portefeuille uniquement centré sur la réduction maximale de l’empreinte carbone peut ne pas suffire pour créer une économie mondiale plus durable et pourrait même être un obstacle dans certains cas.

Cette inefficacité découle, du moins en partie, de la manière dont les émissions de carbone sont mesurées et utilisées. De nombreuses sociétés cotées établissent leurs propres données dont la qualité dépend des systèmes de collecte utilisés (mesure directe), ou estiment ces données en utilisant des modèles qui attribuent une intensité de carbone aux activités de production. Parallèlement, ces données ne sont ni vérifiées ni contrôlées par des organismes gouvernementaux, comme c’est le cas pour les émissions de sulfure et de dioxyde d’azote plus strictement réglementées.

Par ailleurs, lorsque les sociétés choisissent de ne pas recueillir elles-mêmes les données ou qu’elles ne disposent pas des compétences ni des ressources adéquates pour le faire, la quantité des émissions de carbone est souvent évaluée par des cabinets de recherche tiers dont les techniques d’évaluation ne sont pas normalisées et peuvent varier, selon l’institut.

En dépit des incertitudes inhérentes liées à la mesure des émissions de carbone, les données compilées revêtent une importance de plus en plus grande dans les décisions de répartition de l’actif et d’assemblage des portefeuilles. En effet, les actions en faveur d’une économie à faibles émissions de carbone se multiplient et les investisseurs souhaitent réduire le risque potentiel lié aux placements dans des sociétés dont l’empreinte carbone est élevée.

Dans certains cas, une stratégie à faibles émissions de carbone peut s’avérer utile et appropriée – par exemple, pour obtenir plus de visibilité sur les sources potentielles d’émissions élevées et sur les risques pouvant découler d’une réglementation (et d’une facturation) plus efficace des émissions.

Cependant, ces mesures non réglementées et imprécises sont trop souvent privilégiées dans la prise de décision, au détriment d’autres mesures réglementées, validées et plus fiables.

D’après notre expérience, les entreprises que créent des solutions favorisant la durabilité grâce à la fabrication d’équipement, d’appareils, de matériaux et d’autres biens sont souvent négligées en raison de l’attention obsessive accordée à l’intensité de carbone. Cela est vrai même si un grand nombre de ces entreprises pourraient bénéficier d’une transition vers une plus grande durabilité.

C’est pourquoi de nombreux portefeuilles sont souvent axés, sans le vouloir, sur des secteurs moins industriels comme la finance, les logiciels et les services, lesquels affichent une plus faible empreinte carbone alors qu’ils ne détiennent pas, ou peu, de titres de sociétés ayant un impact plus direct, comme les entreprises offrant des services de base comme l’eau, la nourriture, l’énergie et le traitement des déchets.

Ainsi, les gestionnaires de placement ont tendance à créer des stratégies qui semblent démontrer des caractéristiques financières et environnementales exemplaires, mais qui ne s’inscrivent pas réellement dans la promotion d’une empreinte carbone plus viable.

Par exemple, au cours des dernières années, cette mise en valeur inédite de l’intensité de carbone a bénéficié aux sociétés présentant peu d’actif immobilisé, comme les « FANG » (Facebook, Amazon, Netflix et Google), ou aux entreprises de paiements traditionnels comme Visa et MasterCard. Ces placements ont fortement gagné en popularité, tant du point de vue de la rotation boursière que de l’évaluation de carbone; profitant de pondérations et de rendements élevés dans de nombreux indices et stratégies de développement durable.

Cependant, un examen plus approfondi révèle que ces sociétés et les produits qu’elles offrent sont généralement dénués de pertinence dans une optique de développement durable et qu’en dépit de leur omniprésence, leur contribution est négligeable.

Selon nous, cette approche manque de perspicacité et ne convient pas aux investisseurs qui souhaitent réellement promouvoir une économie plus viable.

Ce qu’il faut, ce sont de stratégies qui vont au-delà de la simple comparaison unilatérale de l’intensité carbone de deux entreprises ou secteurs, et qui privilégient les approches plus nuancées qui investissent dans des sociétés axées sur la résolution des questions de durabilité et non pas uniquement dans celles qui les évitent.

Clause de non-responsabilité
Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignement d’ordre général basés sur des informations disponibles au 21 août 2018 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document. Nous invitons les investisseurs à obtenir les conseils d’un conseiller financier.
Les points de vue et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue ou la position de l’Association pour l’investissement responsable (AIR). L’AIR n’approuve, ne recommande ni ne garantit aucune des revendications formulées par les auteurs. Cet article est conçu comme une information générale et non comme un conseil en investissement. Nous vous recommandons de consulter un conseiller qualifié ou un professionnel en investissement avant de prendre une décision de placement ou liée à un investissement.

L’investissement d’impact au Canada prend de la maturité

Au cours des dix dernières années, l’industrie de l’investissement d’impact s’est définie et redéfinie à plusieurs reprises. Dans de nombreuses régions, l’investissement d’impact a la réputation d’englober toutes les formes de stratégies d’investissement responsable dans toutes les catégories d’actifs.

Mais au Canada, le concept a tendance à se diviser en fonction des catégories d’actifs, les stratégies « d’investissement d’impact » faisant référence aux investissements sur les marchés privés et les stratégies « ESG » et « ISR » aux investissements sur les marchés publics.

Comme tout préadolescent, l’investissement d’impact fait actuellement preuve d’une maturité toute juvénile. Le Canada pourrait être décrit comme un « tardif » par rapport à certains comparateurs mondiaux – moins mature, avec moins d’options d’investissement et moins de capital engagé. L’investissement d’impact entre dans l’adolescence, chargé d’émotions, alimenté par une croissance naissante et prêt à changer le monde. Le scepticisme reste élevé chez les « plus âgés et les plus sages », qui considèrent que l’investissement d’impact est une exubérance juvénile. Mais ils continuent à sous-estimer le potentiel du transfert massif de richesse d’une génération à l’autre ainsi que les priorités de la nouvelle génération, qui diffèrent grandement des leurs.

Alors, comment cette jeune industrie va-t-elle faire ses preuves et mûrir pour devenir l’adulte générateur de changement que nous attendons désespérément?

Concentrez-vous sur l’impact, pas sur le nom

Peu importe comment vous l’appelez, le principe fondamental est le même. Les investisseurs individuels et institutionnels souhaitent de plus en plus susciter des changements sociaux et environnementaux positifs grâce à leurs investissements, dans toutes les catégories d’actifs, et ils ne se soucient guère que ce concept soit nommé investissement « d’impact », « responsable », « durable », etc. Ils souhaitent, et continueront à exiger, des options pour toutes les classes d’actifs. Les investisseurs recherchent des opportunités d’investissement attrayantes offrant des rendements et un impact; ils ne veulent pas écouter un jargon compliqué ni se limiter à une classe d’actifs.

Oui, il est important de créer des conventions de dénomination appropriées, si cela ne fait pas obstacle à l’investissement.

Bâtir des produits et des stratégies d’impact

Jusqu’à présent, les investisseurs d’impacts se sont principalement concentrés sur le capital-investissement et la dette privée alors qu’ils exploraient cet espace émergent. Grand nombre d’entre eux incorporent également des alternatives telles que l’immobilier à vocation sociale, les infrastructures et l’agriculture dans leurs portefeuilles. La prochaine frontière de l’investissement d’impact est sans aucun doute les actions publiques. Les gestionnaires de placements innovants créent des portefeuilles personnalisés d’actions à impact élevé axées sur des domaines tels que les titres sans combustibles fossiles, l’énergie verte, l’égalité homme femme, la diversité dans les conseils d’administration et la justice sociale, pour ne citer que quelques exemples. Ce ne sont pas de simples stratégies ESG ou ISR, elles vont bien au-delà du filtrage négatif, du principe du « premier de classe » et de l’analyse des risques ESG.

Ils recherchent le caractère intentionnel de l’impact social ou environnemental inscrit dans l’ADN de l’entreprise détenue et ensuite mesuré. Toutefois, les portefeuilles personnalisés destinés aux investisseurs privés accrédités et aux fondations ne permettront pas à eux seuls d’atteindre l’ampleur du changement que nous visons. Pour que l’investissement d’impact devienne une « norme », il est nécessaire que les institutions financières et les gestionnaires d’actifs intègrent cette réflexion dans des produits destinés aux investisseurs particuliers et institutionnels.

Mesurer l’impact

La mesure de l’impact fait l’objet de nombreux débats. Les investisseurs d’impact sont divisés sur le concept, sa structure et sa nécessité. Du côté plus sophistiqué du spectre, les investisseurs ont mis sur pied une structure détaillée de mesure d’impact reposant sur des systèmes informatiques et liés à des rapports financiers et stratégiques. D’autre part (et plus généralement), les investisseurs ont du mal à suivre de manière cohérente une poignée d’indicateurs d’impact. Nous constatons un effet d’entraînement avec les cadres mondiaux tels qu’IRIS et les objectifs de développement durable, qui sont essentiels pour créer une approche commune de la mesure entre les investisseurs et les entités émettrices. Nous continuerons de voir une variété d’approches de mesure d’impact basées sur la capacité et la perspective. Ce qui est important, c’est que nous mesurions l’impact d’une manière ou d’une autre et que nous continuions à plaider en faveur d’investissements qui auront un impact toujours plus important.

Infrastructure de l’investissement d’impact

L’investissement à impact doit être soutenu par des mentors et des modèles exemplaires pour atteindre son plein potentiel au fur et à mesure qu’il se développe. L’investissement d’impact peut être extrêmement bénéfique en exploitant les plates-formes, systèmes et canaux de distribution sur lesquels repose la finance traditionnelle. Professionnels de la finance et de l’investissement, investisseurs, entrepreneurs : nous comptons sur votre sagesse, votre soutien, votre ingéniosité et votre ouverture d’esprit. L’investissement d’impact est la prochaine génération de l’investissement. Investissez dans son succès.

Grandir n’est pas facile : c’est maladroit et imparfait, caractérisé paradoxalement par l’insécurité et la confiance excessive. Pourtant, la jeunesse apporte clarté, perspective et innovation. Investir dans l’impact au Canada est sur le point d’engendrer des changements sociaux et environnementaux durables, mais il faut d’abord sortir de l’enfance et atteindre la maturité.

Le parcours ne sera pas sans embuches, mais pour notre bien-être et celui des générations à venir, il est important de garder le cap. La détermination, l’itération et le parti pris pour l’action verront l’investissement d’impact mûrir. Nous verrons l’impact pris en compte dans toutes les catégories d’actifs, dans une multitude de produits et de stratégies. Nous aurons des offres de services et une gestion d’actifs approfondies. Et plus important encore, nous aurons l’impact positif auquel nous aspirons. Cet adolescent sera un adulte bien plus vite que nous le croyons!

Clause de non-responsabilité
Les points de vue et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue ou la position de l’Association pour l’investissement responsable (AIR). L’AIR n’approuve, ne recommande ni ne garantit aucune des revendications formulées par les auteurs. Cet article est conçu comme une information générale et non comme un conseil en investissement. Nous vous recommandons de consulter un conseiller qualifié ou un professionnel en investissement avant de prendre une décision de placement ou liée à un investissement.

Le nucléaire convient-il à un portefeuille de placements responsables?

Débattre de l’énergie nucléaire d’un point de vue des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG)

Au fur et à mesure que le domaine ESG évolue, un certain nombre de sujets et d’enjeux devront être débattus. Par exemple, les Nations Unies mentionnent 17 objectifs de développement durable, l’un de ceux-ci étant la faim « zéro ». Dans nos recherches sur une entreprise comme Nutrien, qui produit des engrais, nous pourrions certainement la ranger dans la catégorie des entreprises qui essaient d’atteindre cet objectif. Cependant, Nutrien échoue ou reçoit une note négative à l’égard d’autres objectifs durables comme « eau propre et assainissement » et « vie terrestre ». Dans ces domaines, les engrais et les fabricants d’engrais contribuent au problème de la pollution.

L’énergie nucléaire occupe une zone grise similaire aux yeux de la communauté ESG, et c’est pourquoi nous pensons qu’il est important de débattre de ses mérites du point de vue des facteurs ESG. Le nucléaire a un grand potentiel en tant que source d’énergie, mais il est controversé pour de nombreux investisseurs.

Les inconvénients du nucléaire

L’énergie nucléaire, qui utilise l’uranium comme combustible, produit des déchets qui restent (pratiquement) à jamais radioactifs. Le stockage et la gestion à long terme des déchets radioactifs restent des préoccupations centrales.

Il existe diverses technologies d’énergie nucléaire; au Canada, nous avons notre propre technologie appelée CANDU (Canada Deutérium Uranium). Les barres de combustible sont remplacées tous les 18 mois environ, ce qui entraîne un problème d’élimination. C’est le principal inconvénient de l’énergie nucléaire : le casse-tête relatif à l’entreposage à long terme des barres de combustible irradié. Entreposées dans de grandes piscines, ces barres doivent être surveillées en permanence aux fins de sécurité ainsi que pour les protéger contre leur réutilisation pour la production d’armes nucléaires.

De plus, il y a eu plusieurs accidents largement publicisés mettant en cause l’énergie nucléaire, plus récemment à Fukushima au Japon. Malheureusement, il est impossible d’évaluer les risques de répétition d’un tel événement, dont les conséquences sont importantes, mais la probabilité qu’il survienne est faible. La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) a établi un plan d’action quadriennal pour veiller à ce que les leçons tirées de l’accident de Fukushima soient appliquées au Canada afin d’améliorer la sûreté de nos installations nucléaires. La bonne nouvelle est que le groupe de travail de la CCSN a confirmé que les installations nucléaires au Canada sont capables de résister aux événements externes crédibles, tels que les tremblements de terre, et d’y répondre.

Les avantages du nucléaire

L’énergie nucléaire produit de l’électricité à partir de l’uranium, une ressource naturelle qui est extraite du sol. Les avantages de l’énergie nucléaire sont une faible pollution, des coûts d’exploitation bas (le coût du combustible est pratiquement nul par kWh) et une fiabilité élevée. L’énergie nucléaire crée un certain nombre d’emplois bien rémunérés dans la collectivité où est implantée une centrale nucléaire et produit de l’électricité sans émissions dans un cadre hautement réglementé.

I’l n’existe pas de source d’énergie idéale

Alors que nous envisageons un transport de l’avenir qui sera essentiellement électrique, il faudra absolument trouver une source d’électricité propre. Le gaz naturel produit moins de carbone que le charbon ou le pétrole, mais il produit des gaz à effet de serre, ainsi que d’autres émissions nocives, comme les oxydes d’azote.

Les panneaux solaires contiennent des éléments toxiques comme le cadmium, qui est utilisé dans les modules solaires en couche mince, une technologie très répandue. Le cadmium est l’une des six matières les plus toxiques et mortelles que l’on connaisse. Le cadmium des panneaux solaires (CdTe ou tellurure de cadmium) semble être moins toxique que le cadmium élémentaire, mais son niveau précis de toxicité est inconnu.

Même si un programme d’élimination réglementée pourrait tôt ou tard voir le jour, la sécurité à long terme des panneaux solaires contenant du tellurure de cadmium est un problème pour l’industrie solaire.

Évaluation des avantages et des inconvénients de l’énergie nucléaire

À notre avis, le principal problème de l’énergie nucléaire est l’élimination du combustible nucléaire irradié. Bien entendu, le problème de la gestion des déchets n’est pas propre au secteur nucléaire. L’industrie des panneaux solaires peut toutefois compter sur différentes techniques pour immobiliser physiquement les métaux lourds comme le cadmium afin qu’ils puissent être éliminés en toute sécurité dans un site d’enfouissement pour déchets dangereux. Malheureusement, il n’existe pas de méthodes similaires efficaces pour le combustible nucléaire.

Cela dit, nous nous consolons en sachant que le combustible nucléaire irradié est rigoureusement surveillé et réglementé. Même si l’entreposage à long terme des déchets nucléaires prend de l’espace, la quantité d’énergie produite est élevée. Par exemple, le combustible utilisé dans les 20 réacteurs nucléaires de l’Ontario est entreposé sur le site de Bruce Power, dans une piscine de la taille d’une piscine classique (bien qu’elle ait une profondeur d’environ 14 pieds); il est entreposé là pour 10 à 20 ans, après quoi il sera retraité ou placé dans des fûts d’entreposage à sec. Depuis les années 1960, la totalité du combustible irradié canadien occuperait l’équivalent de sept patinoires de hockey, depuis la surface de la glace jusqu’au haut de la bande1.

Si l’on rattache tout cela aux objectifs de développement durable des Nations Unies, à savoir « Énergie propre et d’un coût abordable », « Industrie, innovation et infrastructure » et « Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques », il semble qu’on pourrait démontrer qu’il est possible d’envisager le nucléaire comme placement dans des portefeuilles ESG. Mieux encore, les sociétés d’ingénierie qui assurent la mise hors service d’installations nucléaires3 pourraient être très bien adaptées à un portefeuille ESG.

Sources:

  • nuclearsafety.gc.ca
  • Principes pour l’investissement responsable des Nations Unies
    La mise hors service d’installations nucléaires est le processus administratif et technique par lequel une installation nucléaire, comme une centrale nucléaire, un réacteur de recherche, une usine de production d’isotopes, un accélérateur de particules ou une mine d’uranium, est déclassée afin de faire en sorte qu’elle n’ait plus besoin de mesures de protection contre les rayonnements.
  • Clause de non-responsabilité:
Clause de non-responsabilité
Les opinions exprimées dans le présent article sont celles de Dominique Barker et non celles de Gestion d’actifs CIBC. Cet article vise à donner des renseignements généraux et ne vise aucunement à vous donner des conseils financiers, de placement, fiscaux, juridiques ou comptables, et il ne constitue ni une offre ni une sollicitation d’achat ou de vente des titres mentionnés. La situation personnelle et la conjoncture doivent être prises en compte dans une saine planification des placements. Toute personne voulant utiliser les renseignements contenus dans le présent article doit d’abord consulter son conseiller. L’information qui s’y trouve provient de sources jugées fiables et nous semble juste au moment de sa publication, mais nous ne pouvons en garantir l’exactitude, l’exhaustivité, ni la fiabilité. Sauf indication contraire, toutes les opinions et estimations figurant dans le présent article datent du moment de sa publication et peuvent changer. Certains renseignements que nous vous avons fournis pourraient constituer des énoncés prospectifs. Ces énoncés comportent des risques connus et non connus, des incertitudes et d’autres facteurs pouvant faire en sorte que les résultats ou les rendements réels diffèrent sensiblement des résultats ou des rendements futurs prévus explicitement ou implicitement dans lesdits énoncés prospectifs.
Les points de vue et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue ou la position de l’Association pour l’investissement responsable (AIR). L’AIR n’approuve, ne recommande ni ne garantit aucune des revendications formulées par les auteurs. Cet article est conçu comme une information générale et non comme un conseil en investissement. Nous vous recommandons de consulter un conseiller qualifié ou un professionnel en investissement avant de prendre une décision de placement ou liée à un investissement.

Les investisseurs canadiens redoublent d’efforts pour lutter contre les changements climatiques

Au Canada, l’impact des changements climatiques devient de plus en plus manifeste.

L’année dernière, le sous-gouverneur de la Banque du Canada a prononcé un discours dans lequel il mentionnait des « effets importants et généralisés » sur l’économie canadienne, pointant la convergence d’un nombre croissant de phénomènes météorologiques liés au dérèglement climatique, depuis les feux de forêt, les tempêtes, les sécheresses, les espèces invasives et les fermetures de routes jusqu’aux cycles de réchauffement, autant d’éléments qui créent tous des risques potentiels pour les investisseurs.

Selon les travaux de recherche menés sous l’égide du gouvernement fédéral, le coût des changements climatiques pour l’économie canadienne est estimé entre 21 et 43 milliards de dollars d’ici 2050.  Il n’est donc pas surprenant d’observer les préoccupations croissantes des investisseurs face aux risques importants liés aux changements climatiques.

En décembre 2015, le Conseil de stabilité financière (FSB) a mis en place la TCFD afin de définir un ensemble uniforme d’informations relatives aux risques financiers liés au climat à publier par les entreprises sur une base volontaire pour informer les investisseurs, prêteurs, assureurs et autres parties prenantes. La TCFD a publié ses recommandations finales en 2017, à l’issue d’un processus collaboratif de consultations des parties prenantes dans le monde entier.

L’année dernière, dans le cadre de leur Reporting 2018, les PRI ont intégré à titre de test des indicateurs de reporting sur le climat en se fondant sur les recommandations formulées par la TCFD en juin 2017. L’objectif était d’améliorer les informations publiées par le secteur et de permettre aux investisseurs de mettre en œuvre les orientations de la TCFD. Au total, 480 signataires des PRI (sur 1449 à l’échelle mondiale) ont renseigné les indicateurs dans le Reporting 2018, dont 28 signataires canadiens (sur 88 signataires ayant rempli le reporting au Canada).

Cette expérimentation sera poursuivie dans le Reporting 2019 qui intégrera des indicateurs sur le climat fondés sur les travaux de la TCFD. Les indicateurs seront mis à jour pour tenir compte du retour d’expérience des signataires, et notamment de la nécessité d’une simplification et de conseils pratiques supplémentaires. Les PRI continueront d’accompagner la mise en œuvre des recommandations de la TCFD sur les marchés, en encourageant les régulateurs, les entreprises et les investisseurs à poursuivre leurs efforts dans ce domaine.

L’année dernière, les PRI ont, avec le concours de Baker McKenzie, réalisé une analyse locale qui portait sur le point de vue des Canadiens à l’égard des recommandations.

L’analyse a montré que les réglementations en vigueur au Canada en matière d’informations à publier sur le climat ne sont pas encore cohérentes entre les différents secteurs ou qu’elles diffèrent par le champ d’application ou les outils du reporting. Dans la mesure où le Canada a fait preuve d’une relative lenteur dans la mise en œuvre de réglementations exhaustives encourageant ou obligeant les entreprises à prendre en compte l’exposition au risque climatique et à publier des informations à ce sujet, l’adoption d’un référentiel clair et cohérent avec les recommandations de la TCFD devrait aider de manière appréciable les entreprises à comprendre le périmètre idéal des informations à publier, à prendre conscience du risque climatique dans le cadre de leurs activités et à l’intégrer dans leurs systèmes de reporting existants (ou en cours de développement).

Ce référentiel améliorerait la qualité et la cohérence des informations communiquées aux investisseurs, en particulier pour apprécier le degré de vulnérabilité des entreprises, et identifier celles qui considèrent la transition comme une opportunité d’amélioration de leur viabilité à long terme et de leur attractivité pour les investisseurs.

Alors que la réglementation évolue lentement sur le sujet des informations relatives au climat, leur publication dans le cadre du dépôt habituel des états financiers non seulement garantira la qualité de ces informations, mais permettra également de promouvoir et de normaliser leur prise en compte et leur importance dans le milieu des entreprises et des investisseurs au Canada. En outre, des informations détaillées et commerciales permettront de conserver, voire d’améliorer la confiance des investisseurs, en raison des possibilités d’analyse qui en résulteront et de la fiabilité des informations dont la publication est recommandée par la TCFD pour tous les secteurs, notamment au regard de la prise en compte du risque climatique au niveau du conseil d’administration de l’entreprise, de la manière dont les risques et opportunités liés au climat sont envisagés dans la stratégie de l’entreprise et dans ses processus de gestion des risques, et de la qualité des méthodes utilisées par l’entreprise pour évaluer et contrôler les impacts de ces risques et opportunités sur son activité.

Le référentiel d’informations à publier pourrait être largement adopté par les différents secteurs, permettant ainsi des comparaisons plus claires et plus cohérentes entre les entreprises au sein d’une juridiction. Il contribuerait vraisemblablement à renforcer la transparence des informations publiées par les entreprises canadiennes et à améliorer la compréhension de celles-ci par les investisseurs malgré la multiplicité des juridictions infranationales.

Compte tenu de la position unique du Canada au regard des risques climatiques, notamment de l’étendue de son territoire, des nombreux impacts physiques potentiels des changements climatiques et de la dépendance de son économie à l’égard des ressources naturelles, l’adoption d’un référentiel fiable et transparent d’informations à publier sera un élément central pour la transition en douceur du Canada vers une économie bas-carbone et le maintien de la stabilité des marchés financiers pendant cette période.

Le rapport recommandait que les régulateurs fédéraux et provinciaux, notamment les Autorités canadiennes en valeurs mobilières, approuvent les recommandations de la TCFD, et que la Bourse de Toronto et la Bourse de croissance TSX y fassent référence dans leurs orientations de reporting.

Le rapport indiquait en outre que les informations publiées au Canada par les entreprises étaient limitées en matière de questions « ESG », ou de facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance, éléments utilisés pour évaluer la viabilité à long terme et l’éthique d’une entreprise. De surcroît, les changements climatiques tendent à être regroupés dans la rubrique des obligations liées à l’environnement, mais ne font pas l’objet d’un traitement à part entière. Le rapport en concluait que la publication d’informations relatives au climat « progressait relativement lentement » au Canada.

La mise en œuvre des recommandations de la TCFD aidera le secteur financier et les parties du secteur non financier qui seront exposées de manière accrue aux risques, pendant et après la transition vers une économie mondiale bas-carbone, à comprendre les risques importants liés au climat et à agir efficacement pour y répondre.

Clause de non-responsabilité
Les points de vue et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue ou la position de l’Association pour l’investissement responsable (AIR). L’AIR n’approuve, ne recommande ni ne garantit aucune des revendications formulées par les auteurs. Cet article est conçu comme une information générale et non comme un conseil en investissement. Nous vous recommandons de consulter un conseiller qualifié ou un professionnel en investissement avant de prendre une décision de placement ou liée à un investissement.